ESWC : Chronique d'un admin

-
Écrit par Noich
ESWC : Chronique d'un admin

Petit retour sur mon expérience en tant qu'admin ESWC.

Salut à tous !

Moi c’est Noich, et certains ici me connaissent déjà, car ça fait un bail que je traîne dans le coin. Je viens aujourd’hui partager ma dernière expérience, celle d’admin offline pour l’ESWC.
Un petit mot sur l’ESWC. C’est un tournoi qui s’est étalé sur la durée de la PGW, à la Porte de Versailles, au sud de Paris. Je dirais même que c’est LE tournoi international qui se passe en France. On y a retrouvé de nombreux jeux, tels que Call Of Duty, Counter Strike (Homme et Femme), Fifa, Shootmania, Trackmania, et bien sûr, Dota2 !

N’ayant aucune expérience dans le domaine de l’organisation de tournoi, je suis parti avec pour objectif d’en apprendre un maximum, et de profiter un petit peu du tournoi quand même. Les noms de teams présentes font rêver, pour un gars comme moi qui n’a jamais fait de grosse lan :  Empire, EG, Sigma.int, 4FC. Pas les plus gros noms, mais des équipes dont tout le monde a déjà entendu parler.

 

Mais tout d’abord, être admin, c’est quoi ?

Nous étions chargés de vérifier que les parties se déroulaient bien, d’entrer les résultats, de prévenir les casters pour qu’ils sachent quelle partie rejoindre. C’est la partie facile, pour être honnête. Je dirais même que si tout se passait bien, on n’aurait pas eu besoin d’être trois admins. Mais ça, c’est dans un monde parfait. Parce qu’en vrai, le boulot d’un admin réside dans la résolution des problèmes des joueurs et dans la résolution des conflits entre managers et admins. Mais j’en reparlerai plus tard.

 

Début d'une semaine bien chargée

ESWCtournament

Admettons que ma semaine ai commencé mardi. Parce que rien que le mardi, c’était long et compliqué.
Je suis arrivé sur le stand avec mes deux camarades admin, xiN et Kai. Les vérifications semblaient assez rapides à faire, je me prépare déjà à aller au Meltdown. Pour être le premier là-bas, et préparer la soirée dota2.fr. C’était sans compter le reste de l’équipe ESWC, et on s’est rapidement faits embaucher pour le tri des cartes VIP/Presse/Joueurs. C’était plutôt long à faire, et je comprends que les gars de l’accueil avaient envie d’avoir un petit coup de main.

Une fois terminé, je me prépare à partir, mais les ennuis ne faisaient que commencer. xiN me regarde, d’un air effrayé, et me signale que les comptes que nous avons créés pour les joueurs de l’équipe Muhan, les coréens, n’ont pas fait les tutoriaux. Bim, une heure de plus a me faire 3 tutos en même temps !

Pour la suite des événement du mardi, vous pouvez lire le blog de D.King, dans lequel il relate notre soirée au Meltdown.

 

 

 

Qualifications françaises

poule-round1-grande-scene

A compter du mercredi commençait le véritable tournoi, avec en premier, la très attendue finale française.

Etant donné que j’habite plutôt loin de la Porte de Versailles, je me lève vers 6h30 pour être présent là-bas à 8h. Les joueurs sont prévus pour 8h30.

Cette journée s’est passée sans trop d’encombres, et ce fut un plaisir pour moi de pouvoir mettre une tête sur les pseudos du forum. Tout le monde a été très sympa, et un petit retard dans le programme nous a forcé à terminer la journée à 20h et des poussières, après que tout les spectateurs soient partis du salon. Mais nous avons pris le temps de sacrer aAa champions de France, après de très belles parties contre Zéro Respect

Je passe prendre l'apéro chez Elha en compagnie des Sigma.fr, les 3èmes de la journée, et je vais rapidement me coucher en prévision du lendemain.

 

En conclusion de cette journée d’ESWC.fr, je dois dire que j’ai l’impression d’avoir saisi ce qu’on attend de moi en temps qu’admin. Je suis présent pour les joueurs et pour organiser mes matchs, mais j’ai aussi pris le temps de venir discuter avec les membres de la communauté qui ne jouaient pas et venaient pour observer.

Le seul bémol ? Les équipes de Dota n’étaient pas vraiment observables depuis l’extérieur de la zone joueur. La plupart des gens se sont contentés de regarder l’écran de marSu qui était au final le plus simple à voir. En dehors d’un match sur la grande scène, la plupart des gens qui sont venus pour regarder étaient assez déçus du résultat.

Il faut aussi voir que la demande, pour cet ESWC, n’était pas favorable à Dota2. Du côté de Colloduty, les PC étaient plus visibles pour ceux qui voulaient les voir, et heureusement, vu le nombre de personnes agglutinées derrière les barrières.

Même lorsque Dota a été mis à l’honneur, on sentait que la plupart des spectateurs de la grande scène n’étaient pas là pour ça, mais pour les jeux qui suivaient. C’est dommage, mais au moins, ils ont pu découvrir un peu le jeu, même si la plupart des spectateurs n’en avaient rien à cirer.

 

Phase de poule inter

EGREALDOTO

Jeudi, 6h30, rebelote. Mais cette fois-ci, ça sera un peu différent, car je vais voir les EG, ainsi que les 4FC. Plus quelques petites équipes, inconnues au bataillon. C’est le début des ESWC.world.

La journée commence avec un match sur grande scène, mais je reste en arrière pour préparer d’autres matchs et laisse la dure tâche de gérer les équipes sur scène à xiN. Je devrais plus tard découvrir à quel point c’est une galère.

EG par ailleurs m’a fait comprendre que tous les joueurs ne venaient pas pour participer à un tournoi, mais bien pour se faire de la pub. Joueurs quelque peu hautains et manager assez peu supportable du point de vue d’un admin, c’est dommage que ceux-ci n’aient pas fait un peu plus preuve d’humilité.

 

En face, les 4FC, venus avec la délégation suédoise, qui se classent deuxièmes du groupe derrière EG. Ces joueurs-ci par contre étaient tous très sympa et ouverts, prêts à rigoler. Ce qu'on attend des joueurs, somme toute.

Leur performance en phase de groupe leur a permis de se classer deuxième, derrière EG mais devant aAa, les trois équipes qui allaient continuer de jouer samedi.

Je décide le soir d’aller boire verre en compagnie des joueurs aAa encore présents, afin de discuter du Dota français et de refaire le monde en leur compagnie.

 

Le vendredi se déroule également sans accrocs, et je fais connaissance avec les joueurs de l’équipe Empire. Les Zéro Respect ont été repêchés des qualifs françaises suite au forfait des MixMixMix, et l’on retrouve encore aujourd’hui beaucoup de joueurs français qui profitent de leur passe joueur pour observer quelques parties de près.

Je suis en charge pour le matin de la petite scène et de Empire, qui joueront trois matchs sur celle-ci.

Gérer la petite scène est assez compliqué car il y a de nombreuses contraintes pour les joueurs, en partant des casques soundproof pas forcément confortables jusqu’aux lumières pour certains un peu trop éblouissantes. La préparation prend du temps et les négociations avec le manager sont souvent compliquées.

Les matchs du jeudi et du vendredi sont très déséquilibrés, car il s’agit de phases de poules, et tout le monde attend le weekend pour voir des matchs plus intéressants.

 

Playoffs et finales

Result grande finale

Samedi, on assiste à l’élimination des deux équipes française. aAa perd son quart de finale, et Zero Respect perd le sien également. Ne reste plus que Sigma.int qui échoue à son tour en demie finale, pour être reléguée au match de troisième place. Les joueurs français sont tous un peu déçus d’être sortis mais reste satisfaits du parcours accompli.

 

Pour les spectateurs, samedi restera un grand jour. Les techs en charge des écrans de diffusion des scores, à l’extérieur de la zone joueur, ont décidé d’afficher les matchs de Dota plutôt que l’éternel écran des scores des différents tournois. Une bonne partie des tournois étaient en effet terminés, et les quelques badauds qui restaient encore étaient cette fois-ci bien présents pour Dota2.

J’ai d’ailleurs été agréablement surpris de voir qu’autant de personnes prenaient le temps de s’intéresser au jeu sans vraiment le connaître.

 

Les matchs de samedi s’étant terminés assez vite, je profite de mon temps libre du samedi soir pour aller faire connaissance avec quelques joueurs. Des internationaux, je retiens aujourd’hui surtout Chrillee et VANSKOR, tout deux très sympa et toujours souriants.

Nous sommes ensuite retournés au Meltdown pour célébrer la défaite des joueurs français. Manque de bol c'était soirée LoL et le bar était surchargé.

 

Dimanche, dernier jour. Du côté des admins, la fatigue se fait sentir et l’ouverture de la zone joueur se fait de plus en plus tard, parce qu’il manque du monde à 8h. Aujourd’hui, nous n’avons que de la scène. Petite scène pour la demie finale du matin et pour la petite finale en début d’après-midi, puis grande scène pour la grande finale. Je croise LuCiqNo lors des préparatifs, qui a perdu non seulement sa voix mais aussi son co-caster. Ceci dit, il s’en est bien tiré avec l’aide d’un membre du staff volontaire pour caster, et un peu de café pour le reste.

 

La petite finale, à 12h30, voit s’affronter Sigma.int et 4FC, pour la somme non négligeable de 5.000$.

Le second match est serré entre les deux et on se retrouve avec des problèmes de timing, il faut commencer la grande finale sinon elle ne terminera jamais à temps. Peu avant la victoire de Sigma.int, les casters quittent la partie pour aller dans celle de EG vs Empire, l’affiche tant attendue de cet ESWC 2013. Finalement, le match sera terminé avant que la finale ne soit lancée, mais on n’est jamais trop prévoyant.

La salle est encore bondée pour la finale, et les admins s’installent tranquillement pendant la phase de pick & bans. De l’autre côté de la PGW, on entend les hauts parleurs rugir pour LoL, et le show démarre.
Grâce à la victoire rapide d’Empire, les spectateurs ont pu observer la totalité du match, mais à 20 minutes près, le salon fermait et les spectateurs auraient dû terminer le depuis chez eux.

J’ai pris deux ou trois minutes après la victoire des Empire pour discuter avec eux, avant l’habituelle interview des gagnants. Vraiment, j’ai beaucoup plus apprécié la présence d’Empire à celle de EG. Les russes étaient beaucoup plus ouverts et souriants, prêts à discuter, tandis que je n’ai rencontré qu’un mur en les personnes de Maelk et de ses joueurs.

 

L’ESWC s’est terminée par son habituelle soirée, au Redlight cette année. Le staff et les joueurs ont été invités.

 

Témoignage de mes collègues

xin+kai

xiN

Être admin en LAN est bien différent qu'être admin sur un tournoi en ligne. Rencontrer les joueurs en vrai et passer du temps avec eux forge une confiance et un respect difficilement réalisable en ligne, car derrière un écran les comportements changent. On n'a pas le droit à l'erreur car on a des impératifs d'espace et de temps, le moindre problème et c'est le tournoi qui est en péril.

 

Kai

J’ai toujours pris énormément de plaisir à aller en LAN, que ce soit en tant que joueur ou admin. Cet ESWC 2013 n’a pas fait exception. J’ai pu y retrouver le cocktail de ce qui est une LAN réussie selon mes critères : adrénaline, pression du planning et de nombreuses rencontres. Evidemment, cette LAN a une saveur toute particulière pour moi puisque j’ai pu suivre les qualifications des différentes équipes présentes (avec les différents rebondissements que l’on a pu connaître) depuis l’été 2013. Ce qui m’a le plus marqué sur cette semaine c’est de se rendre compte à quel point l’humain prime. Il y a beau avoir des enjeux financiers à la clé, on trouve toujours de beaux gestes de la part des joueurs. Même après une défaite où les visages sont crispés, il y aura toujours un geste, une attention de la part de l’adversaire du moment pour réconforter le vaincu. On se rend alors compte que même si DOTA2 est en pleine expansion, le milieu des joueurs compétitifs reste une famille où tout le monde se connaît et se respecte. Merci aux joueurs pour tout et à bientôt pour des stomps bien sales sur le bourbier.

Noich - Newser / Admin Ladder - depuis le 1 avril 2013 - 14 articles Trads - Interviews - Reportages... Il fait son possible pour faire vivre le site !

Popularité

Je n'aime pas

14 aime - 0 n'aime pas

20 Commentaires

Écrit par MR K
Sympa à lire, pas de lama netteux en LAN ? C'est drôle ça :) (+1 à la news)
Écrit par Tounu
Good job Noich !
Écrit par Auth0rity
très bon article
Écrit par xiN_
Excellente idée d'article que tu as eu !
Écrit par MagicSp3C
GJ et GG l'article ;)
Écrit par TouChAmO
Il avait pas l'air si infâme le Maelk, assez dispo pour photo + autographes ^^
Écrit par xiN_
Maelk était plutôt cool mais l'ambiance entre lui et ses joueurs est très mauvaise.
Écrit par SpidaH
Bel article noich et encore gg pour l'orga au staff eswc, c’était vraiment clean de mon point de vue. Jamais de galère, jamais de retard, des admins aux petits soins. C’était vraiment cool!
Écrit par magma
gj l'article merci!
Écrit par KurCo
Nice article, tu as eu raison de mentionner que c'était vraiment la mission pour obs quand le match n'était pas sur scène.
Écrit par xiN_
@KurCo d'où la DotaTV mais c'est online :( Partager le nombre d'écrans entre les différents jeux présents en fonction aussi des équipes c'était pas évident, et du coup Dota 2 était moins affiché sur les grands écrans. Ceci dit on avait placé des grosses équipes dos aux allées justement pour que les spectateurs se placent derrière eux pour palier au problème des écrans.
Écrit par KurCo
Ouep c'est sur mais ça restait quand même la mission et rester debout toute la journée ça finissait par être assez chiant ;D
Écrit par mouse-of-dota
très beau boulot noich, et encore merci pour l'orga c'était très bien géré!
Écrit par Citron
Moi j'en ai juste retenu que : EG/maelk enculés.
Écrit par Alpa^GA
niiiice
Écrit par Twice
Noich ftw. A bientôt au melt vieux
Écrit par exh
[bave]
Écrit par xiN_
@Citron Maelk n'est pas aussi méchant qu'il n'y parait bien au contraire :)
Écrit par Mast4h
article sympa à lire
Écrit par StarkoKo
Bravo aux admins Xin Kainaab et Noich et aux casters Hugo&Luciqno !

Écrit par Noich