Une brève histoire de l'infâme (6.59-6.78) - Maj Chapitre Intelligence

-
Écrit par Syaska
DotA Allstars wallpaper

Un an après, voici le dernier chapitre de la série "Une brève histoire de l'infâme"

Sommaire


Chapitre 3 : les Heros Intelligence

krob

Death Prophet (6.59) 

krob

Pour la grande majorité des vétérans de Defense of the Ancients, la version 6.59 est un souvenir douloureux, une époque de teamfights excessivement longs, de héros quasiment intuables dominée par des semi-carry intelligence qui surfaient sur une combinaison de trois items: Phase boots (qui donnaient à l'époque une quantité considérable d'armure), Bloodstone (les charges conféraient alors de la régénération des points de vie) et Heart of Tarrasque (1% des points de vie rendus chaque seconde, même en combat).

La Death Prophet était parfaitement en phase avec la version, et était l'un des rares héros capables de finir rapidement (en quarante minutes) une partie grâce à ses formidables capacités de pushing, tout en gardant un solide late game si le plan ne se déroulait pas comme prévu. Sa chute allait être intimement liée au nerf de ces items favoris (Bloodstone, Phase boots sans armure), en plus de la suppression temporaire (jusqu'à la 6.65) du bonus de vitesse déplacement de son passif, Witchcraft.

 

 

necro

Necrolyte (6.59)

necro

Le Necro est l'autre mort-vivant qui a exercé sa domination sans partage sur la 6.59, profitant comme la Krobelus d'items de tanking extrêmement efficaces: la Bloodstone de l'époque étant encore plus efficace sur Necrolyte, qui dispose à la fois d'un moyen de garantir l'acquisition de charges via Reaper's Scythe (à ce moment, seul un kill donnait une charge de Bloodstone, mais vous ne perdiez qu'une charge à votre mort), et la possibilité de convertir la régénération de mana en tanking supplémentaire avec Death Pulse.

Capable de survivre au cœur de la mêlée sans aucun problème, le Necrolyte était, en plus de tout le reste, un contre à la meta: Heartstopper Aura neutralisait les Heart of Tarrasque adverses, et l'ultime était parfait pour liquider les monstruosités à 3000 points de vie qui pullulaient. De la même manière que pour la Death Prophet, le Necrolyte allait rentrer dans le rang du fait du nerf de ses items favoris, couplé à l'émergence d'un style de jeu plus agressif durant les versions suivantes.

 

 

 

tinker

Tinker (6.59)

tinker2

Le Tinker était, durant la période sombre des metagolems Phase/Bloodstone/Heart, une véritable exception: un carry Intelligence qui ne se servait d'aucun des trois items! Comment est-ce possible, me demanderez-vous? La réponse était simple: Rearm fonctionnait avec Black King Bar, ce qui permettait à un Tinker raisonnablement bien farmé de maintenir une immunité magique quasi-permanente, ce qui forçait l'équipe adverse à mobiliser des ressources considérables pour essayer de l'arrêter. Cette possibilité de refresh BKB fût supprimée avec la sortie de la 6.60, et le Tinker rentra dans le rang.

 

 

 

batrider

Batrider (6.60-6.62, 6.75-6.79)

batrider2

Visage bien connu de la scène compétitive moderne, le Batrider était ridiculement puissant lors de sa sortie, bien que l'existence d'un autre monstre, l'Elder Titan (Tauren Chieftain sur DotA1) et son style de jeu particulier lui ait permis de passer sous le radar d'Icefrog pendant quelques mois. Initialement, le problème venait de l'interaction entre Sticky Napalm et Radiance (qui permettait au Batrider d'infliger des dégâts de zone astronomiques), et de son gain de force très élevé pour un héros Intelligence. Une fois ces deux problèmes résolus, il allait toutefois rapidement devenir clair que le héros restait excessivement fort: avec entre autres des dégâts de base de 67 (oui, vous avez bien lu). Une deuxième série de nerfs bien sentis allaient calmer le héros pour un bout de temps.

 

Son retour triomphal, particulièrement sur la scène compétitive, est en grande partie lié à sa grande polyvalence (plus que solide en 1 contre 1, capable de jungle extrêmement rapidement dans une meta où les offlaners avaient la vie très dure) ainsi qu'à sa capacité peu commune d'isoler un adversaire de son équipe, grâce à Force Staff.  Les changements apportés à la jungle, ainsi qu'une nouvelle série de nerfs (Treize au total!) lui ont récemment fait perdre son statut de permaban.

 

 

 

enchant

Enchantress (6.62)

enchant

Lorsque, il y a quelques jours, Meracle a joué Enchantress mid avec First Departure, quelques anciens ont dû avoir des flashbacks douloureux de la 6.62 : Si les joueurs ayant commencé DotA après 2009 ne connaissent l’Enchantress que comme un héros voué à la jungle et extrêmement fragile, les anciens se souviennent de la période sombre où Bambi terrorisait les mid du monde entier et était quasiment intuable en milieu de partie. En effet, suite au premier d’une très longue série de buffs d’Untouchable, et grâce aux modifications de la Bloodstone (dont les raisons ont été évoquées précédemment, et qui était désormais nettement plus orientée vers la régénération du mana), quelques joueurs allaient expérimenter et lancer la mode de l’Ench mid (voire solo sidelane), qui se basait d’une part sur le fait que le poney pouvait (et peut toujours) ignorer l’aggro des creeps grâce au ralentissement astronomique de leur vitesse d’attaque, et sur le fait que, en cette époque où l’on ne connaissait pas le bottle crow ni les bounty runes, le sustain de Nature’s Attendant lui permettait d’échanger des coups avec n’importe quel adversaire sans crainte.

Dotée à l’époque d’un gain de force important pour un héros Intelligence (2.0 par niveau, le double du gain actuel), elle profitait de son avance en expérience pour se transformer en un redoutable semi-carry, presque intombable en milieu de partie et infligeant de très lourds dégâts avec ses Impetus. Icefrog allait, malheureusement pour Enchantress, faire preuve d’une grande sévérité en divisant par deux son gain de Force, un nerf qui la mettra au fond du trou jusqu’à ce que l’introduction de son Aghanim ainsi que les buffs d’Enchant lui permettent de faire son retour sous une forme différente, celle que nous connaissons aujourd’hui.

 

 

puck

Puck (6.48 – 6.62)

puck

Probablement l’un des héros les plus funs de DotA, scandaleusement difficile à attraper lorsque bien joué, le Puck allait, suite à son introduction lors de la 6.48, dominer pour une longue période le jeu compétitif : le premier des quatre héros de la période 6.48-6.55, il inaugure un profil respecté par ses trois successeurs (Kunkka, Windrunner, Clockwerk), profil qui en fera des héros particulièrement appréciés des joueurs pros (se reporter à la première partie de l’article pour l’Admiral et le Clockwerk. La Windrunner quant à elle mettra un peu de temps à s’imposer,  du fait notamment des sentiments ambivalents des joueurs sur son ultime, et d’une éternelle comparaison avec sa rivale Mirana qui était alors en sa défaveur) : des synergies très importantes entre les différents sorts couplées à des stats solides leur permettant de dominer les « anciens modèles ».

Bon lasthitter, avantagé sur les runes grâce à son Orb, le Puck allait être très régulièrement banni durant près de deux ans, avant que Icefrog ne lui applique un traitement familier : maintien des synergies entre sorts, mais nerfs des coûts en mana et des stats du héros. Même après la fin de sa période dorée, le héros allait se maintenir comme un pick solide au fil des versions.

 

 

 

furion

Nature’s Prophet (6.72 – 6.78)

furion

D’une manière assez similaire à l’Antimage, le Furion aura longtemps été regardé avec suspicion par les joueurs, en partie publique (qui n’a jamais eu le plaisir d’avoir un Nature’s Prophet Midas Aghanim vous laissant en 4v5 tout en aspirant tout le farm de la carte telle une sangsue globale) comme chez les pros. Sa montée en puissance allait être consécutive avec le développement de DotA 2, et divers buffs (résistance des treants, temps de rechargement du Teleport) lui permirent de s’imposer progressivement : initialement comme un héros très agressif, joué notamment par Na’vi, apportant le surnombre dans les ganks, souvent chargé de l’achat d’un Mekansm et d’items utilitaire comme un Hex.

Toutefois, l’heure de gloire du Furion allait venir lors de The International 3, entre les mains expertes d’AdmiralBulldog, au service d’Alliance et d’un style de jeu âprement discuté, le « Rat DotA », qui consistait à se focaliser sur les objectifs avant tout, à abuser des buybacks Teleport, à refuser les teamfights classiques. Artisan de la victoire finale d’Alliance à l’issue d’une dernière partie haletante, le Furion allait par la suite subir plusieurs nerfs directs (tanking des Treants notamment) et indirects (nerfs du buyback, glyphs plus nombreux, accélération du gameplay), mais reste un héros bien présent sur la scène compétitive.

 

 

 

rubick

Rubick (6.72 – 6.75)

rubick

Implémentant une mécanique longtemps réclamée par les amateurs des forums de suggestions de PlayDotA (le Spell Steal), Rubick allait, dès sa sortie, s’imposer comme l’un des héros phares de DotA. Bien que son laning absurde (dû en grande partie au coût en mana alors très faible de Fade Bolt en début de partie) ait rapidement été rééquilibré, il allait rester un solo mid populaire durant un moment, jusqu’à son heure de gloire lors de The International 2. Dans une meta dominée par des ultimes surpuissants (Black Hole, Song of the Siren, Reverse Polarity), le Rubick de Dendi allait être au cœur du formidable parcours de Na’Vi contre la phalange chinoise (notamment LGD, ayant réalisé un début de tournoi stratosphérique).

Une nouvelle vague de nerfs (perte de vitesse de déplacement, augmentation du temps de rechargement de Telekinesis) allait l’éloigner du mid et lui faire prendre le manteau de support, la grande époque du héros était passée.

 

 

 

darkseer

Dark Seer

darkseer

Un autre de ces héros qui s’accroche contre vents et marées à la scène compétitive (bien qu’il connaisse actuellement une relative éclipse chez les occidentaux), le Dark Seer aura longtemps été considéré comme (relativement) faible au niveau compétitif, puis aura connu une longue suite de nerfs et de résurgence. Originellement doté d’un Vacuum à la portée très élevée (près du double d’aujourd’hui) et au dégâts corrects, une première série de nerfs allaient le faire revenir dans l’obscurité, jusqu’à l’ajout de son Aghanim, qui permettait au Wall de générer des illusions des héros alliés, une mécanique éminemment abusable et qui n’allait survivre que deux versions. Le dernier âge d’or du Dark Seer est intimement lié à The International 2, où sa capacité d’une part à offlane dans un environnement très difficile (avec, au pire, la possibilité de se replier sur la jungle) et, surtout, le combo dévastateur Song of the Siren + Vacuum / Wall (Vacuum affectant alors les unités endormies), qui allait terroriser tout Seattle, jusqu’à ce que Na’Vi parvienne finalement à le contrer avec l’Enigma de LightOfHeaven.

Suite à TI2, le héros allait se maintenir dans les héros les plus joués, mais sa jouabilité allait être érodée par une suite constante de nerf sur le temps de rechargement du Vacuum.

 

 

 

invoker

Invoker

invoker

L’un des héros signatures de DotA avec son gameplay  si particulier, l’Invoker aura toujours été un sujet délicat en matière d’équilibrage, mais le (bref) épisode de domination de l’Invoker Quas Wex sur la scène compétitive (et en partie publique) aura été particulièrement frustrant. En effet, grâce à des dégâts de base alors relativement élevés, le héros était un laner très solide, ce qui lui permettait de sécuriser une bonne entrée dans le midgame, qu’il dominait grâce au combo Tornado-EMP, digne héritier de l’ancien Manaburn du Nyx Assassin, capable de neutraliser quasi instantanément la plupart des héros Force en liquidant leur mana pool. Relativement difficile à éviter, infligeant des dégâts corrects et très simple à placer, Tornado EMP était un outil formidablement puissant et le principal intérêt de l’Invoker (le build Exort aujourd’hui en vogue de repose plus sur Sunstrike et Eul+Meteor/Blast).

Avec un laning nerfé (et la popularité montante du bottle crow, qui retirait à l’Invoker QW l’avantage de sa régénération importante) et un timing plus difficile sur Tornado EMP (auparavant, les unités projetées en l’air subissaient les effets du mana burn), l’Invoker Quas Wex est aujourd’hui nettement plus rare.

 

 

 

visage

Visage (6.64, puis 6.67-6.72)

visage

Le Visage, héros un peu mal-aimé d’une grande partie des joueurs de DotA, allait pourtant connaître la gloire chez les professionnels sous deux moutures différentes. La première, et probablement la plus insupportable pour l’adversaire, était un carry extrêmement résistant (la Cloak était l’équivalent du passif actuel de Spectre, mais qui soignait les alliés autour au lieu d’infliger des dégâts, Grave Chill était sensiblement identique, tandis que Soul Assumption, le stéroïde du Visage, était un passif qui apportait un soin et des dégâts bonus pour chaque unité mourant près du héros. L’ultime donnait 6 pets, sans sorts spéciaux mais capables d’infliger des dégâts très respectables), s’appuyant souvent sur une combinaison Mekansm/Stygian Desolator lui fournissant une bonne résistance et un DPS impressionnant au milieu d’un teamfight. Héros fétiche de For The Dream (FTD, prédécesseur de LGD comptant notamment dans ses rangs ZSMJ), il allait connaître son vol d’Icare lors du SMM que nous avons évoqué précédemment : dominateur en finale du tournoi, il allait être entièrement refait par Icefrog.

 

La version refaite allait être initialement assez mal accueillie par une bonne partie de la communauté : complexe à jouer, d’un rôle alors incertain, il ne comptera au début que de rares adeptes. Comme souvent, des petits coups de pouces d’Icefrog combinés à un changement de la meta allaient conduire le héros vers l’infâme : en l’occurrence, le développement, initié par EHOME à l’ESWC, des trilanes agressives. Hors, le Visage post-remake allait s’avérer être le héros le plus dominant de l’histoire de DotA en matière de trilane : doté d’un burst absurde dès les premiers niveaux, de manacosts alors raisonnables, d’un tanking inégalé pour un support grâce à Gravekeeper’s Cloak, il était presque l’assurance d’une victoire en trilane vs trilane. Il faudra de nombreux coups de massue d’Icefrog (notamment sur ses coûts en mana) et un relatif amoindrissement de l’importance des trilanes pour que le Visage ne soit plus l’un des supports les plus communs.


Sommaire

Syaska - Traducteur/Correcteur/Rédacteur Wiki - depuis le 1 janvier 2013 - 103 articles Fidèle mate de jeu d'Elha, il aide au projet en travailleur de l'ombre, et s'expose de temps à autre via les news

Popularité

Je n'aime pas

28 aime - 1 n'aime pas

20 Commentaires

Écrit par TouChAmO
La belle image, c'est mon tapis de souris *.*
nice article sinon :)
Dommage que ça remonte pas un peu plus dans le temps avec le Naix et son ulti qui avait 1% de chance de faire un critique à 99999 dégâts ^^
Écrit par Syaska
Ca sera pour un prochain article sur les remakes/vielles versions =)
Écrit par Isildur
J'ai un tapis de souris avec cette image aussi :D
@Touchamo KODE5?
Écrit par M.A.D
A noter sur la droite la présence de Cthulhu en personne. Merci pour cet article pour les gens comme moi qui n'ont pas connu les vieilles versions !
Écrit par ffFueygo
Vraiment intéressant cet article, bien joué.
Écrit par MagicSp3C
Ah la belle époque des loups avec basher... ça manque quand même ! Et le pit lord omg me tarde que Valve le sort !
Écrit par Popo
nice article
Écrit par TouChAmO
@Isildur
yep c'est le KODE5 :)
Écrit par Onion Rings
Très bon article ! J'attend la suite avec impatience !
Écrit par Haasva
Plus qu'intéressant !
Écrit par roflomaozedong
la suite!
Écrit par SorroW
Vachement intéressant, compréhensible même pour les noobs comme moi. J'attends avec impatience le chapitre sur les héros intelligence (je pari qu'OD fait partie des héros fumés).
Écrit par SoFtWaRe^
Perso je me rappelle du Visage de Darka au mid quasi invaincu en pro à l'époque, c'était stronk
Écrit par SuCeToNrAiSiN
gg valve time release
Écrit par SupaTaz
Sympas! Surtout que je ne connais pas l'histoire du jeu, ca m'instruit!
Écrit par cromex
Excellent l'article ! Merci !! Je me rappelle particulièrement de la dp avec l'ulti boule disco !
Écrit par Ne0rigg
Génial :)
Écrit par Nyrlaas
gg brah
Écrit par Ritshi
DOta1 <3 <3 <3 BLIZZARD
Écrit par Anarkyst
Enorme! Tant de souvenirs :D
Merci pour l'article.

Écrit par Syaska